Les 7 Boules de cristal
Vos contributions (59) Contribuer
jacqueshervesamedi 6 juillet 2019 à 11:22
On appréciera l'idée de Hergé d'avoir créé un nouveau style pour le capitaine Haddock qui adopte un nouveau mode de vie avec des vêtements haut de gamme, les monocles, les séances d'équitation, la Lincoln sport et aussi des vêtements de luxe pour Nestor comme pour lui lors de la soirée au Music Hall Palace.

S'il fallait modifier en partie la page 54 on pourrait concevoir comme texte :

- puis-je prendre le volant svp Capitaine ?
- Non !
- vous avez abîmé une aile de carrosserie en manœuvrant chez Monsieur Bergamotte...et on résumerait grosso modo les raisons qui ont amené nos amis à se rendre à Saint-Nazaire.
jacqueshervelundi 3 juin 2019 à 21:42
Il est vrai que cet album soit très réussi en tout :

Un récit poignant, des décors très accrocheurs avec une météo instable mise en valeur de même que la saison.

J'aime beaucoup l'intelligence de Tintin suite à l'enlèvement du professeur Tournesol quand il est le premier à découvrir que les ravisseurs avaient changé de véhicule.
+1
paul2005dimanche 9 décembre 2018 à 17:27
C'est un de mes albums préfèrés !!!
J'adore ! À relire plusieurs fois...
+2
jacqueshervejeudi 4 janvier 2018 à 10:56
À digorgonzola : effectivement les autres membres de l'expédition Sanders Harmuth jouent un rôle assez effacé. Hergé dans les sept boules de cristal oublie aussi de dire que le professeur Cantoneau était présent dans une autre aventure : l'Etoile mystérieuse. Notons que seul personnage non inca à être complice identifié est le conducteur péruvien de l'auto beige qui avait pris le relais de l'Opel noire sans doute conduite par Chiquito. Notons qu'avant la mise en album ce personnage avait un nom Fernando Ramirez.

Remarquons aussi dans le récit un excellent travail au niveau des décors à partir de cet album et le fait que les membres de l'expédition Sanders Hardmuth comme les savants de l'Etoile Mystérieuse font partie des pays de l'Axe ou de stricte neutralité, le récit ayant été conçu sous l'Occupation allemande. Notons que le décor au music-hall a été très critiqué lors de la scéance de magie.

Quant au voyageur du train il est loin d'être un méchant et émet des propos très justes quant à l'attitude des sept savants.
+3
jacqueshervejeudi 4 janvier 2018 à 10:46
Je citerai pour la marque du chapeau de Lazlo carreidas une célèbre marque de conserve alimentaire spécialisée dans les potages et Rino Rossi dans le Trésor de Rackham le rouge en référence à un célèbre chanteur corse !
+2
campierrotmardi 22 août 2017 à 07:47
Une interrogation personnelle par rapport à des noms utilisés par Hergé pour ses personnages. Il raffolait des jeux de mots, l'utilisation du bruxellois dans certains albums, les noms de ses personnages (Haddock = aiglefin séché et fumé, Tournesol (chez qui cela tourne un peu dans la tête) Séraphin Lampion (qui était tout sauf un ange et tout sauf une lumière ) et d'autres (le sheik Bab el Ehr) etc....)
Le nom du général RAMON ZARATE , utilisé dans "Les 7 Boules de Cristal" sorti en 1948: n'est-il pas, pour Hergé qui raffolait des voitures de course,une transformation de "ratera Monza",car il n'appréciait pas le futur vainqueur du Grand Prix de Monza, désigné par toute la presse ?
Et le gorille RANCO (ou Ranko) , dans l'Ile noire, n'est-il pas, suivant la même technique, une déformation du mot "Coran" ?
En cherchant bien, vous, un grand spécialiste, Jacques Hervé, devriez en trouver d'autres.
Salutations.
+4
jacqueshervelundi 21 août 2017 à 23:15
Monsieur Bergamotte est l'ami d'enfance du pr Tournesol d'où son choix de mettre celui-ci en avant. Bien dommage que le pr Cantonneau déjà apparu dans l'Etoile mystérieuse ait encore un rôle effacé. Mais on voit qu'au téléphone il se souvient de Tintin. Autre davantage Hergé avait un peu mis en valeur : Marc Charlet et la décoration de sa salle de séjour faisant référence au Congo et qu'on pourrait aujourd'hui ne pas apprécier. On notera un air de Tintin avec sa culotte golf'
+2
digorgozolavendredi 14 juillet 2017 à 09:42
Bergamotte est l'un des seul de l'expédition Sanders-Hardmouth dont on voit la maison (ou le manoir). Mais remplacer l'américaniste Bergamotte par le professeur Cantonneau aurais peut-être été mieux, car on voit Paul Cantonneau dans 3 albums et Hergé aurait pu le mettre plus en valeur...

Au tout début de l'histoire, un monsieur dit a Tintin que tout se finira mal... Est-il neutre? Où méchant...
+3
nicnolmardi 27 juin 2017 à 17:37
Dans mon intervention du 12 octobre 2015 ayant pour objet le conflit fondamental entre les valeurs occidentales, d'espèce scientifiques, et celles, religieuses, de la société quechua repliée dans les montagnes du Pérou, je dénonçais sans ambages l'attitude rationaliste qu'il faut bien qualifier "d'obscurantiste" de Bergamotte, totalement fermé à tout ce qui ne relève pas de la "Science positive" ... Dans la version finale, publiée en 1948, nous le voyons accueillir de la sorte le questionnement de Tintin s'agissant du mystère des boules de cristal :

"Ce que j'en pense ? ... Pas grand'chose ... A vrai dire, j'ai rédigé un mémoire sur les sciences occultes de l'ancien Pérou qui semblent en jeu ici, mais je doute qu'il apporte une explication au mystère qui nous occupe ..." (7BC, 30-I-2 et 3).

"Pas grand'chose" ... "semblent"... "je doute" ... Soit, une exemplaire profession de foi scientiste dans l'expression de ce scepticisme !!! L'américaniste Bergamotte, pourtant "expert" en sciences humaines comme en langues anciennes de l'ancien Pérou (donc, averti de ses coutumes ET de ses traditions religieuses), mais imbu d'un "positivisme" issu en droite ligne d'un Auguste Comte ou d'un Claude Bernard, ne saurait pas même concevoir la possibilité, "l'hypothèse" (pour parler le langage de l'espèce) que l'occulte puisse effectivement ÊTRE "en jeu" !!!

Et cependant, dans la version originelle, la pensée de Bergamotte (donc d'Hergé) se situait à l'exact opposé de ce scientisme positiviste. Dans le strip du 05 avril 1944, il lui fait dire :

"Pour ma part, tout ce que je sais, je l'ai consigné dans un rapport que je termine en ce moment et qui contribuera, je pense, à élucider ce mystère" ...

Est-ce le summum d'HORREUR d'espèce scientifique perpétré à la fin de la Seconde guerre mondiale (les bombardements au phosphore et au napalm de Dresde et Tokyo ... les deux holocaustes atomiques d'Hiroshima et Nagasaki) qui ont déterminé Hergé à changer d'avis du tout au tout ... ? Faut-il estimer que dès lors, il s'est situé dans le même sillon de pensée qu'Albert Camus, un des rarissimes intellectuels à avoir osé dénoncer le bombardement atomique en son éditorial de "Combat" du 08 août 1945 (*) ?

(*) "La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l'utilisation intelligente des conquêtes scientifiques."

Quoiqu'il en soit, le moins que l'on puise dire et écrire est que le scepticisme de Bergamotte en la version finale de "Sept boules de cristal" "sonne" juste (ce n'est nullement un compliment !) de la part d'un scientifique !!!
+3
jacqueshervejeudi 18 mai 2017 à 21:02
On se demande comment Tintin à pu manoeuvré le véhicule du capitaine Haddock (Lincoln Zéphyr) avec les deux pneus éclatés ? Tintin n'aurait il pas changé une roue à l'avant pour pouvoir la placer au garage de la Villa du professeur Bergamotte sachant que la Lincoln est une propulsion ?
+2
jacqueshervejeudi 11 mai 2017 à 20:16
On se demande si le capitaine Haddock n'aurait pas vendu son cheval pour rembourser les dégâts causés au music Hall palace ! N'aurait il pas vendu sa belle tenue noire ?
+2
campierrotmardi 14 février 2017 à 09:04
j'ai fait une découverte étrange : dans les 7 Boules de Cristal on voit, à la page 48, Tintin prendre son petit déjeuner dans son appartement (album datant de 1948).
j'ai découvert le même dessin (l'original, identique) à la première page de l'Oreille Cassée (album qui date de 1937)
Pour la petite histoire, c’est la seule fois où Hergé a repris à l’identique (copie conforme) une de ses planches (première page de l’Oreille Cassée), dans les 7 Boules de Cristal. Autre chose bizarre, ces deux BD distantes de 11 années, démarrent chacune une aventure qui se passe en Amérique du Sud : l’Oreille Cassée qui se passe dans un pays imaginaire (le San Theodoros) et les 7 Boules de Cristal dont le premier tome démarre une aventure qui se passe au Pérou.
+3
campierrotmardi 14 février 2017 à 08:47
absolument exact. Christophe Colomb a vécu une éclipse totale à la Jamaïque lors de son 3ième voyage et c'est alors qu'il a vécu l'œuf qui tenait debout pendant la durée de l'éclipse. J'ai vécu la même expérience lors de l'éclipse totale que nous avons vécu en France en août 1999. Je me trouvais au Chemin des Dames avec des scientifiques et j'ai vécu le même phénomène en direct. C'était hallucinant.
Alors, l'œuf de Colomb et la vérité ?
+3
jacqueshervelundi 13 février 2017 à 15:01
L'erreur concernera l'éclipse car la trajectoire n'est pas celle qu'on peut observer dans l'hémisphère sud et les Incas étaient capables de prévoir le phénomène ! La scène de l'éclipse fait plutôt allusion à l'époque où Christophe Colomb découvrait la population du nouveau Monde qui n'était pas inca.
+2
campierrotmardi 7 février 2017 à 22:43
ce n'étaient certainement pas des écrits portugais, car ces derniers ne sont jamais allés au Pérou et je ne crois pas non plus aux Espagnols. Hergé a tout simplement mal été renseigné. Faire une erreur n'est pas un crime et ne remet pas en cause la qualité de son œuvre.
+3
jacqueshervemardi 7 février 2017 à 20:29
Magnifique la Villa du pr Bergamotte ! Je trouve cette partie très réussie et la présence d'un orage met bien le passage en valeur...un peu comme dans les dessins animés japonais.
+2
jacqueshervemardi 7 février 2017 à 20:26
En effet, l'écriture n'existait pas chez les Incas. Reste à savoir si les écrits n'étaient pas ceux des colons espagnols ou portugais.
+2
WayneHuangmercredi 7 décembre 2016 à 09:39
经典 丁丁
+3
campierrotmercredi 7 septembre 2016 à 09:16
Encore un de ces superbes albums d'Hergé. On y trouve (ainsi que dans sa suite, Le Temple du Soleil, une erreur répétée : les Incas et leur peuple n'avaient, en dehors des quipus (cordelettes destinées à la comptabilité de l'Etat), aucune forme d'écriture. Toute tentative de création d'une écriture était condamnée à mort. Alors je ne vois pas comment les chercheurs américanistes qui apparaissent dans ces albums auraient pu décrypter avec certitudes des textes nous disant que les tombes découvertes étaient incas.
+3
nicnolmardi 3 novembre 2015 à 14:48
Que penser de l’abandon par Hergé de la piste ouverte dans le strip du 02 septembre 1944 (le dernier paru de la version originale des "Sept boules de cristal" dans le "Soir" avant que la "Libération" n'interrompe l'élan de la création hergéenne) ? Conséquence de celui du 31 août où on voyait Tintin et un homme qui, dans le strip du lendemain 1er septembre va se révéler être le général Alcazar, tous deux lisant la "Dépêche", entrer en collision l'un de l'autre (clin d’œil à l'épisode semblable du "Trésor de Rackham le Rouge - TRR, 2-III-1 - et dont le capitaine Haddock avait fait les frais ?). L'entretien qui en résulte, édifiant Tintin sur le compte de Chiquito, nous apprend aussi "QUI" est le conducteur de la Limousine Buick beige qui a échappé aux barrages de police : un certain "Fernando RAMIREZ, un Péruvien, gros exportateur de guano" qui "venait souvent voir Chiquito" (dixit Alcazar dans le strip du 02 septembre), s'avérant être pour le moins, Dieu sait pourquoi, son complice ... lors que TOUT devrait les séparer, à commencer par leur race !!!

S'ensuivent, dans quatre strips dans le "Soir" et en inédits en album :

a) le témoignage réitéré d'Alcazar à la police donnant lieu à un avis de recherche à l'encontre des deux hommes ;
b) le témoignage d'un garagiste chez qui ils ont pris de l'essence ;
c) le coup de téléphone de Tintin à un Haddock dépressif dont il résulte que l'auto beige a pris la direction de la mer ;
d) la décision de Haddock, nostalgique du Grand Large, de s'embarquer avec Tintin : l'ultime vignette nous les présente en voiture, croisant un panneau publicitaire intitulé : "Passez vos vacances au LITTORAL", témoignant de l'orientation prise à l'origine : la côte belge !!!

Cet abandon global, à la reprise des "7 Boules de cristal", pour regrettable qu'elle soit s'agissant de la personnalité du complice de Chiquito, me paraît relever d'un témoignage de reconnaissance d'Hergé, interdit de publication en Belgique du fait de la "Libération", à l'égard des hebdomadaires français où il continue à être publié (de juin à octobre 1945 dans "Cœurs Vaillants" et de décembre 1945 à mai 1946 dans "La Voix de l'Ouest") ... avant la reparution des "7 Boules de Cristal" dans "Cœurs vaillants", le 19 mai 1946. En effet, délaissant l'orientation vers la côte belge, Hergé, pour la PREMIÈRE fois, emmène ses héros en France, significativement dans l'Ouest, à Saint-Nazaire d'abord (où la rencontre avec le général Alcazar dont il ressort que Chiquito "né voyait yamais personne et né parlait à personne d’autré qué moi …" - 7BC, 57-III-1 -, détermine l'abandon définitif du personnage - et de la piste - de Fernando Ramirez, conducteur de la voiture beige, désormais laissé dans l’anonymat le plus complet), à La Rochelle ensuite (où la découverte du chapeau de Tournesol les met définitivement sur la piste péruvienne) ...
+3
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK