Présentation - La collection « Les icônes »

Dossier ~ vendredi 24 novembre 2017 ~ 7 commentaires

Entrez dans la magie de la nouvelle collection Les Icônes et offrez à vos proches — et peut-être à vous-même — un cadeau original, élégant, et intemporel.

Les potiches sont désormais maintenant disponibles sur la Boutique tintin en ligne (Livraison dans les meilleurs délais!) et à la Galerie TINTIN©HERGE (Place du Grand Sablon 35, 1000 Bruxelles).

Soyez prêts pour une plongée dans les coulisses de la collection qui revisitera et réunira des objets emblématiques directement inspirés par les Aventures de Tintin.

Tintin est un phénomène de la bande dessinée qui vit aussi en dehors de la case ! Nos designers le font vivre en 3 dimensions. Explication…

Copyright © Hergé / Moulinsart 2017

Parlez-nous de cette nouvelle collection d'objets. Pourquoi l’avoir appelée “les icônes”?

Cette nouvelle collection a pour ambition de proposer au public les grands classiques en résine tout en essayant de les revisiter. Ce n’est pas un simple argument commercial, il y a un vrai travail qualitatif qui a été entrepris à la fois sur la création et la production de ces statuettes. Précisément parce que ce sont des classiques, nous avons voulu les aborder avec un regard neuf, tout remettre à plat pour chaque pièce en essayant de pousser un peu plus loin ce qui a été fait jusqu’à présent, pour offrir aux collectionneurs la version la plus aboutie possible.

Copyright © Hergé / Moulinsart 2017

Le nom “icônes” a été choisi pour souligner le statut particulier qu’ont acquis certaines images, certains dessins. Hergé, par son génie et par l’importance qu’il a eue dans l’histoire de la bande dessinée, a réussi à créer des "archétypes" (et ce n’est pas une injure du capitaine). Car, s’il a été le metteur en scène des aventures de Tintin, il était aussi un formidable metteur en formes. Grâce à lui, les lecteurs de Tintin ont une idée assez précise et définitive de ce à quoi doit ressembler un sous-marin, un château ou un vase chinois et si on demandait à ces mêmes lecteurs de nous dessiner une fusée, il y a fort à parier qu’elle aurait trois pieds et serait décorée d’un damier rouge et blanc.

Cette collection veut rendre hommage à toutes ces images, à tous ces objets singuliers dans les albums qui ont marqué les mémoires pour toujours. Ces “icônes”, ce sont un peu les objets du culte des passionnés de Tintin.

Vous proposez une nouvelle version de Tintin et Milou cachés dans le vase chinois en couverture du Lotus bleu. Pourquoi avoir choisi ce premier sujet pour le lancement de la collection ?

Le Lotus bleu est un tournant dans l’œuvre d’Hergé. On dit souvent que c’est avec cet album que débutent réellement les Aventures de Tintin. Le ton et le propos étaient plus adultes que dans la plupart des bandes dessinées de l’époque. Cela a dû marquer les enfants et les générations d’enfants qui suivirent.

Graphiquement, c’est vraiment le premier chef-d’œuvre d’Hergé. La couverture est très forte et prégnante visuellement. La dominante rouge, puissante, le dragon terrifiant qui défie le héros de toute sa hauteur, Tintin et Milou, tapis dans leur cachette... Tout est mis en place pour évoquer la menace, le danger imminent et donner envie au lecteur d’ouvrir l’album pour découvrir ce qui semble inquiéter Tintin à ce point et comment il va réussir à se tirer d’affaire. L’image est mythique. C’est une icône de la bande-dessinée.

Tout cela a concouru à faire de la statuette de Tintin et Milou dans leur jarre un des objets les plus appréciés dans l’histoire des produits dérivés des aventures de Tintin.

Le choix était donc évident pour nous.

Comment avez-vous abordé ce classique pour le “revisiter”?

Dans toutes les versions historiques de cette statuette, Tintin et Milou ont toujours été coupés au niveau de la taille ou des épaules pour simplifier la fabrication. Le parti que nous avons choisi a été de proposer les personnages en entier. Ce n’est pas un exercice gratuit car cela a permis de donner une tension particulière au corps de Tintin. Bien que l’on ne voie dépasser que sa tête et ses épaules, il n'apparaît pas figé dans sa jarre comme une simple pièce rapportée, on devine qu’il est vraiment accroupi à l'intérieur. Et, même si la figurine a dû être collée pour des raisons de sécurité de transport, je crois que cela apporte vraiment une dynamique inédite.

Copyright © Hergé / Moulinsart 2017

Nous avons aussi voulu donner un signe distinctif à la collection. Chaque pièce est posée sur un socle dont la couleur est celle de l’arrière-plan du dessin de référence. Cela permet de rappeler, même de manière très résumée, que le sujet s’inscrit dans un contexte particulier et qu’il ne peut pas être complètement détaché de l’histoire racontée.

Le nom de la collection est gravé sur le côté du socle, comme une signature. La typo choisie est celle des dialogues écrits dans les bulles des albums, pour adoucir le côté solennel du piédestal.

À travers ces socles, l’idée était surtout de trouver une cohérence visuelle, un fil rouge pour harmoniser les différents objets hétéroclites de la collection.

Bien sûr, ils sont amovibles, le collectionneur aura toujours le choix d’exposer sa statuette avec ou sans son socle.

Y a-t-il eu un défi particulier à relever au cours de la création ou de la réalisation ?

Les détails.

Hergé a vraiment commencé à se documenter au moment de la création du Lotus bleu. Il a utilisé le décor et les accessoires pour donner de l’épaisseur et du réalisme au récit. De fait, le motif floral sur le vase et le bois ajouré du support sont des évocations assez précises de l’art traditionnel chinois dans le dessin de couverture.

Copyright © Hergé / Moulinsart 2017
Copyright © Hergé / Moulinsart 2017

C’est pourquoi nous voulions restituer au mieux ces détails. Cela n’a pas été simple et il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour aboutir à un résultat optimal en atelier.

Le support du vase est orné d’un motif à entrelacs sur tout le tour. Il a été peint en deux tons, selon la technique du lavis, c’est-à-dire que le ton plus sombre a été fortement dilué afin de se fixer dans les creux, pour accentuer l’effet de profondeur. Le motif floral a été reproduit avec précision sur la surface du vase. La peinture est entièrement réalisée à la main. Chaque pièce demande donc une grande attention et un soin tout particulier dans la finition.

Je pense que le public ne sera pas déçu du résultat.

Quelle sera la pièce suivante de la collection ?

Le prototype est en cours de finalisation. C’est encore “Secret défense" pour le moment, mais je peux quand-même vous dévoiler un petit “teaser” (voir photo).

Copyright © Hergé / Moulinsart 2017

Dès maintenant disponible sur La Boutique Tintin

Vos contributions (7) Contribuer
novembrelundi 11 décembre 2017 à 14:58
Paul2005 ????allez quoi, quoi ?
paul2005mercredi 6 décembre 2017 à 15:44
Bizarre !!! Pourquoi Tintin se cache sous un ???

Il aurait pu se battre pour savoir ce qu'ils veulent de " Tinitn "

Allez quoi !!!
boumlundi 4 décembre 2017 à 12:24
c'est numéroté mais pas limité, la potiche étant considérée comme emblématique à l'instar de la fusée.
Je l'ai moi-même achetée et suis enchanté par la qualité du travail des Studios de Moulinsart.
+1
lotus306jeudi 30 novembre 2017 à 22:52
Il semble que la série soit numérotée et non-limitée, comme le Musée Imaginaire.
topolinojeudi 30 novembre 2017 à 16:58
Je viens d'acheter la Potiche.
Très bel objet. N° 1262, mais pas d'indication sur le nombre total d'exemplaires.
Qui a la réponse ?
babar67mercredi 29 novembre 2017 à 17:35
Le sous marin est en photo derriere la jare sur le facebook tintin.
suzukimardi 28 novembre 2017 à 20:33
Cool le sous-marin vivement qu'il sorte.
+1
Choisissez un pseudo
Entrez votre email
Entrez un mot de passe
Choisissez un pseudo entre 5 et 12 caratères.
Valider mon inscription
Dans quelques secondes vous allez recevoir un email de confirmation.
 
Vous pouvez dès à présent vous connecter avec vos identifiants.

OK